06 31 21 36 59

Lieu-Dit Burladis - 47500 FUMEL

Au cabinet ou en téléconsultation

Mardi au Samedi de 9:00 à 20:00

Top

Additifs Alimentaires – Que Mange-t-On ?

Entre ce que l’on ne comprend pas, ce que l’on ignore, ce qui n’est pas obligatoire, comprendre ce que l’on mange n’est plus évident. Dans cette chronique je vous explique clairement ce que sont les additifs alimentaires, les arômes et les auxiliaires technologiques.

Vous retrouvez ma chronique hebdomadaire sur Radio 4 !

 

 

 

 

Radio 4

Retrouvez l’intégralité de l’émission retranscrite ci-dessous pour les personnes mal-entendantes.

Bonjour tout le monde !

Aujourd’hui nous allons explorer le monde des additifs qui ont, en France, le droit d’être ajoutés dans les denrées alimentaires, car finalement que mange-t-on ?

Laurence, qu’entendez-vous par additifs ?

De nombreux produits, en raison de leurs diverses fonctions, sont ajoutés dans les aliments au cours de leur fabrication.

Le terme exact qui les regroupe est : « agents améliorants ». C’est-à-dire qu’ils ont pour vocation d’améliorer la denrée alimentaire, que ce soit pour sa conservation, son apparence, son goût, ou encore sa valeur nutritionnelle. Ils sont additionnés de façon volontaire dans les aliments et répondent à une législation stricte sur le principe de l’utilité.

On distingue 3 grandes familles :

  • Les auxiliaires technologiques qui incluent les enzymes
  • Les additifs alimentaires
  • Les arômes
Quelles sont les différences entre ces 3 catégories Laurence ?

1/ Les auxiliaires regroupent « toute substance ou matière non consommée comme ingrédients alimentaires et volontairement utilisée dans la transformation (…) pour remplir une fonction technologique (…) » Par exemple les solvants lors du raffinage de certaines huiles végétales, ou de l’éthylène pour faire mûrir les bananes. Il faut savoir que ces auxiliaires n’apparaissent pas dans la liste des ingrédients du produit fini.

 

2/ Les additifs alimentaires, eux, incluent les colorants (E100), les édulcorants (E900), les conservateurs (E200), les antioxydants (E300), les anti-agglomérants, les gélifiants et bien d’autres encore ! Il existe plus de 300 additifs alimentaires.

Ils sont définis par « toute substance habituellement non consommée comme aliment en soi et non utilisée comme ingrédient caractéristique dans l’alimentation, possédant ou non une valeur nutritive et dont l’adjonction intentionnelle aux denrées alimentaires, dans un but technologique (..) qu’elle devient elle-même ou que ses dérivés deviennent (…) un composant de ces denrées alimentaires ».

Les additifs sont interdits dans le miel, le beurre, l’eau minérale naturelle, l’eau de source, et le thé en feuille non aromatisé.

Même si elles sont utilisées en petites quantités, ces substances sont surveillées par produit et non additionnées dans l’ensemble des aliments consommés, car des Doses Journalières Admissibles existent pour prévenir les effets néfastes sur la santé. Exemple Tartrazine est le E102, un colorant où la DJA est de 7.5 mg/kg. Ces additifs sont déconseillés auprès des enfants, femmes enceintes.

Dans les édulcorants, l’aspartam = E951 sucre 200 fois plus que le sucre et peut-être avoir des effets néfastes avérés et reconnus sur la santé avec une DJA de 40mg/kg tous aliments confondus ! Y compris les « sucrettes », et dans de très nombreux produits comme par exemple les desserts, les confiseries, biscuits, confiture, etc., etc.

 

3/ Les arômes enfin, sont des « produits non destinés à être consommés en l’état, qui sont ajoutés aux denrées alimentaires pour leur conférer une odeur et/ou un goût ou modifier ceux-ci.(…) » Dans une même denrée, plusieurs catégories d’arômes peuvent être présentes. La présence d’arômes doit être portée à la connaissance du consommateur sur l’étiquetage.

 

Les 3 catégories c’est-à-dire : auxiliaires technologiques, les additifs alimentaires et arômes peuvent se cumuler entre elles dans un même produit, et à l’intérieur de chaque catégorie. Comprendre ce que l’on mange est devenu indispensable c’est pourquoi j’anime régulièrement des ateliers-conférences sur ces thèmes.

 

Merci Laurence. De quoi nous parlerez-vous la semaine prochaine ?

À la semaine prochaine où nous parlerons des reflux gastriques et brûlures d’estomac

À bientôt !

Laurence MYR

Diététicienne nutritionniste Diplômée d’État et Naturopathe N.D. - D.U. Nutrition de l'Obésité et Conséquences Métaboliques, D.I.U. Troubles du Comportement Alimentaire (TCA) et DPC Diabète (DT2)

Soyez le premier à écrire un commentaire !

Écrire un commentaire