Top

Asthme et vitamine D : Quels liens existeraient ? Partie 1

En épidémiologie nutritionnelle, il est pertinent de rechercher, de comprendre et d’analyser les liens entre une pathologie et l’alimentation.

À travers quatre études, les liens entre Vitamine D et asthme seront recherchés.

Asthme et Vitamine D

Maladie des plus courantes, l’asthme est un problème mondial majeur de santé publique, qui affecte des millions d’individus et dont la prévalence est en augmentation. Cette altération respiratoire chronique hétérogène est caractérisée par une inflammation augmentée des voies respiratoires avec hyperactivité. Son phénotype dominant pourrait être expliqué par une inflammation éosinophile (1). Les symptômes principaux sont une respiration sifflante, de l’essoufflement, et une limitation du débit d’air pouvant devenir persistante (2).

Nutriment liposoluble et hormone sécostéroïde (3), la vitamine D est issue à 80% de l’action des rayons ultraviolets B solaires (4) et minoritairement de l’alimentation. Les modes de vie occidentaux peuvent entraîner une carence, souvent non diagnostiquée. Elle est communément admise par les experts sous le seuil de 20 ng.mL-1 (50 nmol.L-1) (5). L’utilisation d’un biomarqueur est la seule façon d’avoir une mesure précise des taux sériques de 25-hydroxy vitamine D (25-OHD). Cette méthode directe offre le plus d’exactitude.

La littérature met en évidence une relation entre le statut en vitamine D et l’asthme ou ses exacerbations, via un mécanisme protecteur probable, en raison d’effets immunomodulateurs importants de 25-OHD (6), et ce avec différents degrés de preuves (7,8). Dans ce contexte, il semble pertinent de s’interroger pour savoir si les niveaux sériques de 25-OHD peuvent avoir un impact préventif dans le contrôle de l’asthme chez les patients atteints par cette pathologie.

Après la synthèse de trois études longitudinales ainsi qu’un essai clinique randomisé, une analyse critique de leur qualité et des résultats rapportés permettra de conclure. Ces études sont retenues, car les auteurs n’ont déclaré aucun conflit d’intérêts, toutes ont été approuvées par un comité d’éthique et les patients mixtes ont donné un consentement éclairé. Nous avons retenu uniquement les résultats associés à l’asthme.

Vitamin D and atopy and asthma phenotypes in children: a longitudinal cohort study – Étude observationnelle (9)

Outil nutritionnel utilisé : Les taux sériques de 25-OHD ont été mesurés par dosage immunoenzymatique d’un sérum cryogénisé à 6 ans et 14 ans puis décongelé, parmi lesquels chez 12 sujets à chaque âge, la 25-OHD3 a été dosée par chromatographie liquide à dilution isotopique-spectrométrie de masse en tandem (ID-LC-MS/MS). Ces techniques de dosage sont adaptées, communément utilisées, et la dernière offre des résultats robustes (10,11). Les niveaux en nmol.L-1 ont été divisés en trois sous-groupes : ≤50 (déficience), 50,1-75 (insuffisance), et ≥75 (optimal). La collecte s’est effectuée sur trois années.

Population à l’étude : Les mères sont issues d’une cohorte de femmes enceintes en Australie occidentale ayant reçu des soins prénatals dans la principale maternité locale. Lors de visites de suivi, des prélèvements ont été effectués sur 989 enfants âgés de 6 ans et 1 380 âgés de 14 ans. Il n’y avait aucun autre critère d’inclusion ni d’exclusion.

Principaux résultats : Une variation saisonnière des niveaux de 25-OHD non ajustée est mise en avant, augmentant aux saisons les plus ensoleillées aux deux âges (r=0,442, p≤0,0001). D’où un ajustement propre aux variables confondantes (mois de collecte et sexe). Relativement à l’association entre le niveau de vitamine D et l’asthme, pour les 693 sujets suivis aux deux âges, des associations prédictives évidentes entre le niveau de vitamine D à 6 ans et l’asthme ultérieur sont mises en évidence (p=0.033) principalement pour les hommes (p=0.021 contre p=0.544 pour les femmes). Sachant que l’hyperactivité bronchique (HRB) est un facteur de risque important pour le développement de l’asthme, les faibles taux sériques de 25-OHD sont corrélés à un risque important d’HRB (p=0.014) lors d’analyses univariées de régression logistique à 14 ans.

Conclusion de l’étude : Cette étude conclut que même sous un climat méditerranéen avec un mode de vie en plein air, l’hiver, 58.6% des sujets de 14 ans n’avaient pas assez de vitamine D (<75 nmol.L-1). Une corrélation entre les faibles niveaux de 25-OHD et une évolution asthmatique est mise en évidence. Mais contrairement à la littérature, les adolescents de 14 ans carencés en vitamine D seraient plus exposés à l’asthme que les adolescentes du même âge. L’influence différente des œstrogènes entre l’adolescence et l’âge adulte pourrait être explicative.

Lire la partie 2

Bibliographie

1 – Lambrecht BN, Hammad H. The immunology of asthma. Nat Immunol [Internet] 2015;16:45–56. Available from: https://www.nature.com/articles/ni.3049

2 – Global Initiative for Asthma – GINA [Internet]. Main-Report-2021-V2-WMS.pdf. Available from: https://ginasthma.org/

3 – Abd El Aaty HE, Abd El Aziz AA, El Habashy MM, Saafan MA, Abd El hamed SA. Assessment of Serum Vitamin D in Patients with Bronchial Asthma. Egyptian Journal of Chest Diseases and Tuberculosis [Internet] 2015;64:1–5. Available from: https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0422763814001642

4 – Confino-Cohen R, Brufman I, Goldberg A, Feldman BS. Vitamin D, asthma prevalence and asthma exacerbations: a large adult population-based study. Allergy [Internet] John Wiley & Sons, Ltd; 2014;69:1673–80. Available from: http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/all.12508

5 – Vitamin D Deficiency | NEJM [Internet]. New England Journal of Medicine. [cited 2021 Nov 29]. Available from: http://www.nejm.org/doi/10.1056/NEJMra070553

6 – Taher YA, Esch BCAM van, Hofman GA, Henricks PAJ, Oosterhout AJM van. 1α,25-Dihydroxyvitamin D3 Potentiates the Beneficial Effects of Allergen Immunotherapy in a Mouse Model of Allergic Asthma: Role for IL-10 and TGF-β. The Journal of Immunology [Internet] American Association of Immunologists; 2008;180:5211–21. Available from: http://www.jimmunol.org/content/180/8/5211

7 – Jolliffe DA, Greenberg L, Hooper RL, Griffiths CJ, Camargo CA, Kerley CP, Jensen ME, Mauger D, Stelmach I, Urashima M, et al. Vitamin D supplementation to prevent asthma exacerbations: a systematic review and meta-analysis of individual participant data. Lancet Respir Med [Internet] 2017;5:881–90. Available from: https://www.researchgate.net/publication/320231098_Vitamin_D_supplementation_to_prevent_asthma_exacerbations_A_systematic_review_and_meta-analysis_of_individual_participant_data

8 – Pfeffer PE, Hawrylowicz CM. Vitamin D in Asthma: Mechanisms of Action and Considerations for Clinical Trials. Chest [Internet] 2018;153:1229–39. Available from: https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0012369217326971

9 – Hollams EM, Hart PH, Holt BJ, Serralha M, Parsons F, Klerk NH de, Zhang G, Sly PD, Holt PG. Vitamin D and atopy and asthma phenotypes in children: a longitudinal cohort study. European Respiratory Journal [Internet] European Respiratory Society; 2011;38:1320–7. Available from: http://erj.ersjournals.com/content/38/6/1320

10 – Gondolf C. Mise au point et validation d’une méthode de dosage par HPLC-MS/MS de métabolites hydroxylés de la vitamine D. :113. Available from: https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02451834

11 – Maunsell Z, Wright DJ, Rainbow SJ. Routine isotope-dilution liquid chromatography-tandem mass spectrometry assay for simultaneous measurement of the 25-hydroxy metabolites of vitamins D2 and D3. Clin Chem 2005;51:1683–90. Available from: https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/16020493/

Laurence MYR

Diététicienne nutritionniste Diplômée d’État spécialisée - D.U. Nutrition de l'Obésité et Conséquences Métaboliques, D.I.U. Troubles du Comportement Alimentaire (TCA) et DPC Diabète (DT2)

Soyez le premier à écrire un commentaire !

Écrire un commentaire