06 31 21 36 59

Lieu-Dit Burladis - 47500 FUMEL

Au cabinet ou en téléconsultation

Mardi au Samedi de 9:00 à 20:00

Top

L’Orthorexie

Si j’ai choisi de parler de l’orthorexie aujourd’hui, c’est parce que ce mot barbare et peu connu dissimule une réalité qui touche de plus en plus de personnes. Certains de mes patients me consultent pour diverses raisons apparentes. Or la cause est bien dans ce trouble des conduites alimentaires (TCA)

Quelle définition de l’orthorexie ?

Il s’agit avant tout d’un TCA selon le classement du DSM V.

Nous pouvons la définir succinctement ainsi : L’orthorexie (du grec orthos, « correct », et orexis, « appétit ») regroupe un ensemble de pratiques alimentaires, caractérisé par la volonté obsessionnelle d’ingérer une nourriture que le sujet juge saine d’où le rejet systématique des aliments perçus comme malsains.

En clair, sous des prétextes aussi divers que variés la personne a commencer à exclure de nombreux aliments puis des groupes alimentaires entiers de son alimentation. Parfois la peur de manger des produits pas « sains » pour la santé. D’autrefois, la crainte d’aliments diabolisés et qui feraient grossir. Quelques fois la croyance que certains aliments nous causent des troubles organiques.

C’est-à-dire quand le désir de bien manger devient problématique, qu’il peut devenir pathologique. Bref, il existe autant de raisons à l’exclusion qu’il y a d’individus.

Hommes et femmes sont touchés par l’orthorexie.

Quelle est l’origine de l’orthorexie ?

À l’heure où se nourrir n’a jamais été si facile en termes d’accès, où la sécurité alimentaire n’a jamais été aussi présente administrativement, de plus en plus de consommateurs doutent…

Ils doutent de la qualité des ingrédients qui entrent dans la composition. Ils doutent de l’origine de certains d’entre eux. Ils doutent des effets sur l’organisme. Doutes qui trouvent facilement écho dans une certaine presse ou auprès de personnes non qualifiées, sans cursus médical, comme certains hypnothérapeutes, naturopathes, coach tous autoproclamés et sans diplômes reconnus par l’État. Doutes qui trouvent donc parfois leurs origines à travers des émissions de télévision à grand renfort d’images-choc. Doutes qui sont très souvent semés et cultivés par de prétendus professionnels qui sont plutôt des charlatans.

Mais quand nous prenons du recul et lisons les parutions scientifiques et étayées, généralement il s’avère que ces peurs et exclusions sont non fondées.

Un Professeur en nutrition citait un exemple que chacun peut comprendre. Si je crois que prendre le train est le plus dangereux des moyens de transport, dès qu’un incident ou accident, relayé par les médias ou les quidams, survenu sur un train viendra à ma connaissance, cela me confortera dans ma peur. Et ne prenant jamais le train, je serai certain que c’est pour cela que je suis protégé. Il me sera alors impossible de but en blanc de monter dans un train. Je ne pourrai donc jamais vérifier que je peux prendre un train tranquillement comme des millions d’autres personnes.

L’orthorexie se construit sur le même schéma à peu près.

Existe-t-il des risques pour la santé avec ce trouble des conduites alimentaires ?

Le premier risque comme tout TCA est celui du risque psychique, psychologique. La peur, l’exclusion de certaines pratiques sociales, comme refuser des invitations, la frustration, et bien d’autres encore.

Le second est d’ordre physiologique. À exclure trop d’aliments, nous finissons par « casser » nos organismes. À leur faire plus de mal que de bien. Il faut garder à l’esprit que l’orthorexie peut mener à l’anorexie

Si vous vous sentez prisonnier de votre alimentation, je suis là pour vous aider lors d’un rdv que ce soit à mon cabinet ou lors d’une consultation à distance. Diététicienne nutritionniste spécialisée dans la prise en charge des TCA dont l’orthorexie, il existe des solutions. Ce n’est pas une fatalité. Parlons-en !

Laurence MYR

Diététicienne nutritionniste Diplômée d’État spécialisée - D.U. Nutrition de l'Obésité et Conséquences Métaboliques, D.I.U. Troubles du Comportement Alimentaire (TCA) et DPC Diabète (DT2)

Soyez le premier à écrire un commentaire !

Écrire un commentaire