06 31 21 36 59

Lieu-Dit Burladis - 47500 FUMEL

Au cabinet ou en téléconsultation

Mardi au Samedi de 9:00 à 20:00

Top

Boulimie

Si l’on parle souvent de boulimie, ce terme recouvre différents aspects.

Selon le DSM-5 il convient de différencier la Boulimia nevrosa ou boulimie mentale (K04) de la Boulimie hyperphage ou Hyperphagie boulimique ou encore en anglais Binge Eating Disorder dite BED (K05). Les deux aspects de boulimie sont directement reliés à un Trouble de Conduite Alimentaire.

Quelles définitions de la boulimie ?

La boulimie mentale sous-tend une peur phobique de perdre le contrôle de sa corpulence. Elle est caractérisée par des épisodes d’hyperphagie avec le recours à la purge. Ce, au moins une fois par semaine. Il n’y a ni maigreur significative, ni prise de poids excessive avec le maintien d’un poids minimal.

L’âge de début peut se situer dès la préadolescence. Ce trouble, en France en moyenne, touche 10 fois plus les filles que les garçons.

La boulimie hyperphage se caractérise principalement par l’absence de comportements compensatoires. La crise se renouvèle au moins une fois par semaine pendant minimum 3 mois. Il existe donc une prise de poids pouvant conduire jusqu’à l’obésité.

L’âge de début est généralement plus tardif que la boulimie mentale. Ce trouble touche en France en moyenne 3 femmes pour 2 hommes.

Qu’appelle-t-on l’hyperphagie ?

L’hyperphagie est la perte de contrôle des prises alimentaires pendant un laps de temps déterminé. Il ou elle engloutit avec frénésie.

Cela peut être de très grosses quantités d’un, deux ou trois aliments. Ou bien la personne enchaîne rapidement les ingestions d’aliments sans logique apparente. Le chocolat peut-être suivi par le saucisson, puis une boîte de sardines, ensuite des yaourts, viennent alors des pâtes à la bolognaise, enfin des gâteaux et pourquoi pas du fromage.

L’arrêt est souvent marqué par la douleur physique avec incapacité physiologique d’avaler davantage. La douleur morale apparaît après la crise de boulimie.

Qu’entend-on par « purge » ?

Toute méthode permettant d’évacuer le plus possible d’aliments ingérés est une purge.

La plus populaire est la purge vomitive. Or se faire vomir entraîne des conséquences graves. La première c’est que cette habitude devient souvent un second cercle vicieux qui se greffe à celui de l’hyperphagie dans la boulimie mentale. Les autres sont d’autres physiques avec des risques importants de détérioration des dents et gencives, irritation de l’œsophage pouvant aller jusqu’à des tumeurs, perte de minéraux d’où un risque d’ostéoporose, pour esquisser le début du tableau médical.

Toutes les purges ont des répercussions physiques, médicales et mentales. Ce processus est dangereux. Certaines patientes me disent « si au moins je pouvais vomir… » Ce n’est en aucun cas la solution, ni une solutions. Bien au contraire !

Quelles sont les causes de la boulimie ?

Quel que soit le trouble des comportements alimentaires (TCA), il n’existe pas UNE cause. Un ensemble de facteurs déterminants vont créer un terreau adapté.

Des mécanismes indirects (bio-psycho-sociaux) génèrent un environnement favorable. Par exemple, les pressions socio-culturelles via les médias induisent une insatisfaction corporelle croissante.

Les gènes induisent une prédisposition.

Très souvent un régime amincissant est le facteur déclenchant dans un TCA, mais pas toujours. Plus globalement la perte de poids constitue le principal facteur de risque proximal, commun à tous les TCA et à l’obésité.

Quels sont les évolutions et pronostics relatifs à la boulimie ?

Globalement et médicalement, la Boulimie offre un meilleur pronostic que l’Anorexie Mentale. Cependant dans 50% des cas de boulimie mentale il y a une rémission incomplète voire la persistance d’une symptomatologie incomplète. Un délai de 5 ans est souvent nécessaire.

Pourtant, bonne nouvelle, il existe également de nombreuses guérisons dans les 2 ans qui suivent la survenue de la première crise.

Les études à long terme, au-delà de 10 ans mettent en lumière une évolution favorable dans 70 à 80% des cas.

Une certitude, plus vite, plus tôt la prise en soin est faite par des intervenants spécialisés, meilleures sont les chances de vaincre cette maladie.

Quel traitement pour les troubles du comportement alimentaire, dont la boulimie ?

Diététicienne-nutritionniste spécialisée en TCA, j’accompagne dans mon cabinet ou à distance par visio-consultations les personnes en souffrance. Ma prise en charge est globale sur différents aspects de votre environnement. Vous êtes l’experte qui connaissait votre histoire, votre vie. Je vous apporte avec bienveillance et empathie les outils qui vous correspondent. Prendre rendez-vous est le premier pas que vous puissiez faire pour vous en sortir. Je suis là pour vous aider. Simplement. Sincèrement.

Laurence MYR

Diététicienne nutritionniste Diplômée d’État spécialisée - D.U. Nutrition de l'Obésité et Conséquences Métaboliques, D.I.U. Troubles du Comportement Alimentaire (TCA) et DPC Diabète (DT2)

Soyez le premier à écrire un commentaire !

Écrire un commentaire